Amour, toujours (28-06-2009)

Perché sur des anneaux, je te vois si haut,

Accroché à ces anneaux, je te trouve si beau,

Tes muscles se dévoilent, ton corps tremble,

Et j'avoue, au fond, moi aussi, il me semble,

Je te regarde faire ton exercice de gymnastique,

Tu es si acrobatique,

Tes gestes sont comme automatiques,

Presque magnétiques,

Puis tout à coup je suis mélancolique,

Je te revois quand tu étais si petit, fragile,

Tu venais vers moi te blottir lorsqu'il y avait péril,

Aujourd'hui tu es un homme,

Je n'ai rien vu venir, en somme,

Hier petit d'homme, aujourd'hui un homme,

Je garde au fond de moi cette image,

Qui m'est apparue tel un mirage,

Surtout n'en prend pas ombrage,

J'entends toujours tes babillages,

N'en prend pas ombrage,

Je ne vois pas ton âge,

Tu es mon bébé, mon amour,

Je te ressens dans mes tripes pour toujours ! 

                                                 

                                                                 A Théo...



27/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres